top of page
  • esere5

Construire ses croyances



Aujourd’hui j'ai envie de vous partager un des nombreux moments "extra ordinaires" qui contribuent à construire mes croyances et nourrir mes intentions dans le travail que je réalise.

Apprendre à lâcher prise et s'ouvrir au champ des possibles est un apprentissage mais j'aime à penser que la vie est vraiment magique est qu'elle va au-delà de ce que notre façon de vivre nous propose .

Lorsque mes premiers ressentis de magnétisme se sont déclarés, je ne savais pas trop comment utiliser cette capacité et je n'osais pas en parler ouvertement. Les voisins habitant juste en face de chez nous avaient un beau malinois. Un chien de 13 ans qui avait travaillé avec son maître en tant que gardien sur un site militaire. Pas une once d'agressivité chez lui même si sa taille et son regard fixé sur moi suffisaient à me rendre prudent quant à mon approche.

Après une visite chez le vétérinaire, suite à des problèmes de santé, le couperet est tombé sous la forme du diagnostic d'un cancer. Touché par le désarroi de leur maître et la proximité de l'échéance de ce départ, avec toute la souffrance liée à cette maladie, j'ai dépassé mes freins de manque de confiance en moi pour leur proposer un accompagnement du chien tout en disant que je ne savais pas ce que ça allait bien pouvoir faire. Mon intention était de pouvoir juste être là et de donner de l'attention à un être vivant en toute simplicité et humilité. Pendant une semaine je suis venu tous les soirs passer une petite demi-heure en posant mes mains sur lui et travailler également à quelques centimètres de son corps douloureux. Il était de plus en plus apathique et même si son état déclinait il était important pour moi d'être présent sur ces moments privilégiés, si précieux quand on sait que ce sont les derniers.

Il est parti un mercredi. Son maître l'a amené chez le vétérinaire afin de lui prodiguer les derniers soins, l'aider à réaliser au mieux son dernier voyage. Je l'ai appris le soir-même, en rentrant du travail. D'autres voisins m'ont informés que mon chien avait hurlé à la mort plusieurs fois dans la journée, chose qu'il n'avait jamais fait.

Bien évidemment malheureux de ce départ mais aussi par la tristesse de ses maîtres, je me sentais en même temps rasséréné d'avoir pu participer à cet accompagnement, comme un aurevoir particulier que j'avais pu réaliser.

Je ne sais plus si c'était le lendemain ou le surlendemain. Le temps était sec et c'était une fin d'après-midi. Comme tous les jours, nous sommes partis en promenade avec Eole, mon chien, dans les bois proches de mon domicile. Toujours le même parcours, souvent à la même heure, une habitude agréable de lien privilégié avec lui.

Après s'être engagés sur 300 mètres dans les bois un chemin perpendiculaire au nôtre se présentait devant nous. Toujours devant, trottinant et reniflant sans cesse, Eole amorça le virage. Juste engagé dans cette nouvelle ligne droite je le vis se mettre dans cette position particulière qu'il prend quand quelqu'un ou un animal se trouve devant lui. Aplati au sol, la tête entre les pattes posée sur le tapis d'aiguilles de pin et les oreilles dressées vers le ciel (et les siennes sont vraiment grandes), je me dis alors "tiens il y a quelqu'un qui se promène ou il a vu un chien !".

Suivant à mon tour la même courbe qu'Eole je regardais en même temps devant moi pour voir ce qui avait attiré son attention. A 30 ou 40 mètres de moi se trouvait effectivement un chien. Immobile, tourné vers nous, dressé sur ses pattes, au milieu du chemin. J'étais moi-même figé, tout d'abord par ma curiosité puis par mon incrédulité car le chien devant nous était le chien décédé de mon voisin. Pendant 2 à 3 secondes je suis resté spectateur de cette vision puis j'ai fermé les yeux pour les rouvrir et m'apercevoir que le sentier était de nouveau dégagé. Mon esprit, de structure plutôt cartésienne a alors alimenté mes pensées en me disant que j'avais rêvé mais en voyant Eole se lever tranquillement et reprendre sa promenade comme si de rien n'était je me suis rappelé que nous étions deux à l'avoir vu.

J'ai alors ressenti une véritable gratitude par rapport à cette manifestation. Un aurevoir, un merci ? Je ne sais pas, mais une forme de reconnaissance qui m'a rempli le cœur.

D’un autre côté des questions se sont également bousculées dans mon esprit, notamment sur le degré de conscience des animaux, leurs capacités de perception, la portée du travail énergétique…

Dans tous les cas cet épisode a renforcé ma conviction d’avoir emprunté le bon chemin et que même si je n’en connais pas encore la finalité j’avance tous les jours un peu plus avec un grand bonheur .

Bonne semaine à tou(te)s.

Emmanuel

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page