top of page
  • esere5

Intuition ou guidance ?

Ouh là là mais cela fait longtemps que je n’ai pas fait de post…

J’ai un peu de temps et l’envie de vous partager de nouveau un petit moment magique qui reste gravé comme un facteur d’évolution personnelle, sans pour autant que j’ai pu en être vraiment acteur (en tout cas pas consciemment).

Oui pardon je commence l’histoire…Ah non pas encore ! Pourquoi cette anecdote aujourd’hui ? Je viens d’animer, de nouveau, deux formations dans le sanitaire auprès d’infirmières, aides-soignantes et puéricultrices et à chaque fois je repense à cette personne qui m’a « ouvert » cette porte.

Je crois qu’on est pas mal là, le contexte est posé.

C’était en 2019, sur un week-end de trois jours, le module 5 de la formation de coaching. Le titre en était « L’ombre du coach ». Une des phrases d’accroche de cette phase de formation en était :

«Ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux, mais en plongeant dans son obscurité.» Carl G. Jung

C’est ce type de phrase qui m’a donné envie de suivre cette formation-là d’ailleurs. Pour ceux qui ne connaissent pas ce médecin psychiatre je ne peux que vous conseiller de vous intéresser à son œuvre. Mais ça y est je disgresse déjà !

Nous démarrons donc sur une présentation du programme, avec la définition de l’ombre bien évidemment, avant de pouvoir y plonger. A ce moment-là mon imaginaire m’emporte rapidement dans les limbes de mon esprit et j’y entrevois de gros bousculements pour moi, des questionnements et peut-être de fortes émotions. J’y suis déjà.

Et bien ça ne s’est pas passé du tout comme ça. Bon, depuis, j’ai pas mal travaillé sur ces notions de projections et j’en atténue le développement et la déception ou l’incompréhension qui peuvent en découler si on les laisse trop se déployer.

Donc à l’issue de ce démarrage le formateur nous annonce qu’à la pause, nous allons chercher un binôme qui sera notre « ange gardien » pendant ces 3 jours, et inversement bien sûr. De quoi encore alimenter mon cerveau en ébullition qui m’emmenait à regarder si dans la pièce l’apparition de cet être singulier pouvait se faire.

Et bien ce n’est pas à l’extérieur de moi qu’il s’est passé quelque chose mais plutôt à l’intérieur. En effet, tout d’un coup, l’image d’une personne de la formation s’est imposée dans ma tête. Uniquement le visage, mais en gros plan. N’étant pas en réflexion pour chercher avec qui je pourrai travailler j’ai été surpris par ce qui me semblait s’imposer dans mon esprit, comme une forme d’intrusion alimentant mes questionnements.

Surtout que cette personne, que j’appellerais S. ne faisait pas partie de ceux ou celles avec qui j’avais tissé des liens particuliers depuis ces quelques mois d’apprentissage. Nous nous disions bonjour mais n’avions jamais réellement échangé.

Ouh là il se passe quelque chose de bizarre ! Partagé entre l’indécision et une forme d’excitation de ce moment particulier, je laisse passer les émotions qui s’y associent et laisse la place à la réflexion. Mon enfant rebelle, en accord avec mon enfant libre, ayant été un peu réveillés par cet évènement, nous discutons tous les trois et nous mettons d’accord pour mettre en place une stratégie puissante et efficace…ne rien faire !

Si c’est moi qui vais vers S. j’aurai du mal à croire complètement que cette « apparition » intérieure a vraiment un sens particulier.

Ainsi à la pause je m’installe confortablement sur un vieux chauffage en fonte au-dessous d’une fenêtre avec un petit verre de jus d’orange et bien décidé à ne pas déroger à ma décision je me campe sur mes jambes. Un des participants vient me voir et me demande si j’ai déjà trouvé quelqu’un, je lui réponds que non. Il me regarde un peu intrigué en me questionnant « Tu ne cherches pas ? ». « non je suis en pause ! ». Et il repart ne semblant pas comprendre mon attitude.

Deuxième jus d’orange…je commence à me demander avec qui je vais travailler sur ce week-end. Je me retrouverais avec qui il reste, on est un nombre pair donc je ne serai pas seul.

 Mes pensées et mon raisonnement m’emmènent à me détacher un peu de la situation jusqu’au moment où je vois S. s’approcher de moi. Je sens mon cœur qui s’accélère un peu en même temps qu’une tension intérieure se noue dans mon estomac. Punaise elle s’approche ! « Emmanuel, tu travailles déjà avec quelqu’un ? » Je m’entends lui répondre d'un air amusé « Non pas encore, je t’attendais ». Je sens son regard plus qu’interrogatif et j’enchaîne en lui disant que pour le moment je n’ai pas de binôme. Ouf son regard redevient normal. « Cela te dirait que nous travaillions ensemble ? ». Je ne vous écris pas ma réponse car je crois qu’elle est évidente.

Ce week-end s’est très bien déroulé et à partir de ce moment nous avons, avec S., développé des liens d’amitié qui perdurent encore. Anciennement aide-soignante, psychanalyste et coach, formatrice dans le secteur médico-social et sanitaire, autant vous dire que nos échanges m’ont grandement nourri.

Néanmoins jusqu’à l’été 2022 je me suis demandé quel était le sens de ce qu’il c’était passé ce jour-là. J’ai eu ma réponse quand S, m’a annoncé repartir dans le Sud-Est avec sa famille. Quelques jours plus tard après cette nouvelle, elle me contacte, un soir pour me dire qu’elle ne pourrait plus assurer des formations en cours. « ah ok ». « Oui mais j’ai pensé à toi pour les assurer, cela t’intéresserait ? »

« Euh je dois répondre maintenant ? C’est urgent….ben d’accord alors ! »  Le lendemain matin 8h30 j’avais un coup de téléphone inopiné de la responsable de l’organisme de formation pour un entretien, que je n’avais absolument préparé.

Ce dernier a été fructueux et c’est ainsi que je me suis lancé, également, dans l’animation de formations. Une réelle sortie de ma zone de confort mais très enrichissante et qui trouve de plus en plus de sens au fur et à mesure que j’avance.

Alors merci S. pour cette ouverture, merci…à moi-même pour avoir suivi le mouvement et osé, merci à ce qui m’a permis de « voir » ce qui était important à cet instant-là.

En tout cas cela a renforcé ma croyance que le hasard n’existe pas et cette notion de synchronicité (terme créé d’ailleurs par Carl G. Jung) à laquelle je reste attentif.

Bonne fin de semaine à vous

Emmanuel



5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page